Une voiture vertueuse au quotidien

Accroche

Les voitures électriques font partie intégrante de l'éventail des solutions pour lutter contre le changement climatique et améliorer la qualité de l'air.

Corps de page
Image
Zéro émission
Corps du texte

En France, le secteur des transports représente près de 30 % des émissions de gaz à effet de serre. Un chiffre en hausse de 11 % depuis 1990 et qui s'explique par une forte dépendance des transports aux carburants fossiles (essence, diesel, GPL, etc.). En effet, 96 % des émissions de CO2 induites par les transports proviennent de la combustion de carburants fossiles.

Il est donc nécessaire de trouver une solution à cette urgence climatique. La France s’est ainsi fixée des objectifs ambitieux pour favoriser le développement
d’une mobilité propre sur tout le territoire. Dès 2015, l'Etat français a défini une stratégie en 5 leviers à travers la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte :

Image
LTECV : 5 leviers pour le développement d’une mobilité propre en France
Corps du texte

Le contrat stratégique de la filière automobile signé en 2018, entre l'Etat et la filière, vise à atteindre 1 million de véhicules électriques (batteries, hydrogènes et hybrides rechargeables) en circulation d’ici fin 2022 en France.

Un an plus tard, la loi d’orientation des mobilités, dite loi LOM, établit la fin de la vente des véhicules légers utilisant des énergies fossiles d’ici 2040.

L’électrification du parc automobile apparaît donc comme une priorité pour y arriver. En effet, sur l’ensemble de son cycle de vie, l’impact environnemental du véhicule électrique est en moyenne 2,5 fois inférieur en Europe, à celui d’un véhicule thermique.

Améliorer la qualité de l’air est également un enjeu fort. En France, la pollution atmosphérique due aux émissions de particules fines est responsable de près de 40 000 décès prématurés chaque année. Le véhicule électrique est dit « à faibles émissions » car il émet très peu de polluants à l’usage. 

Simulateur Co2
Je réduis l'impact de mes déplacements
Corps du texte

Il est également nécessaire de réduire les impacts de la pollution sonore liée à la circulation. Pour 54 % des Français, le bruit des transports est la principale source de nuisance sonore. Puisqu’ils sont moins bruyants que leurs équivalents thermiques, les véhicules électriques sont une solution pour répondre aux enjeux de pollution.

Enfin, d’autres pollutions sont évitées grâce à l’absence d’huile de vidange ou au nombre réduit de pièces à changer.

Participer à la transition écologique et énergétique

Le réseau électrique français permet dès aujourd’hui d’adopter sans contrainte le passage au véhicule électrique grâce à des systèmes de recharge intelligents.

Celui-ci est un allié pour le développement des énergies renouvelables puisque ses batteries peuvent être utilisées pour stocker l’électricité produite par les éoliennes et les panneaux photovoltaïques. Par exemple, un véhicule électrique peut être rechargé lors des pics de production d’énergies renouvelables à des moments où les Français consomment moins. Les batteries pourront ensuite renvoyer l'électricité stockée vers le réseau électrique ou permettre à l'automobiliste de l’utiliser directement pour sa propre consommation.

De plus, la recharge intelligente permet de limiter les impacts liées à une forte demande sur le réseau électrique. Alors que 95 % des habitations sont équipées d’un compteur électrique heures pleines/heures creuses, un véhicule électrique peut comme un chauffe-eau se recharger durant la nuit, lorsque la demande en électricité est la plus basse.

Essayer la voiture électrique, c’est l’adopter !

Sans à-coup et sans bruit, conduire une voiture n’a jamais été aussi agréable qu’en électrique. Et pourtant, avec ses accélérations plus franches et un aérodynamisme travaillé, elle n’a jamais été aussi performante !

Corps du texte

C'est une conduite tellement agréable, une accélération franche et pas de vitesses à changer !

Auteur
Stéphane, 46 ans, Lot-et-Garonne
Corps du texte

Avez-vous déjà conduit une voiture électrique ? Il existe plusieurs façons de découvrir ses nombreux avantages.

De plus en plus de territoires mettent à disposition de leurs habitants des véhicules électriques en autopartage. Des sites internet vous mettent également en relation avec des propriétaires qui vous expliqueront pourquoi ils ne reviendront jamais à une voiture thermique.

Enfin, n’hésitez pas à vous rendre directement en concession, des professionnels vous y accueillent pour vous faire essayer leurs derniers modèles.

Image
VW_4
Corps du texte

Circuler plus facilement avec un véhicule électrique

Face à la dégradation de la qualité de l’air et afin d’améliorer la santé de tous, de plus en plus de villes et agglomérations restreignent de façon permanente ou temporaire la circulation des véhicules émetteurs de polluants. Il n’y a pas de restriction de circulation pour les voitures électriques : sans pot d’échappement, elles n'émettent ni oxyde d'azote, ni particules fines.

La France n’est pas le seul pays à mettre en place des zones à faibles émissions (ZFE) puisqu’on en dénombre aujourd’hui plus de 230 à travers toute l'Europe, que ce soit à Milan, Copenhague, Londres ou Oslo. Il ne s'agit pas d'un dispositif européen : New York est également devenue une ZFE. À Tokyo où la circulation des véhicules diesel est interdite depuis 2003, la concentration en particules fines a diminué de 44 % entre 2003 et 2012 réduisant ainsi la mortalité cardiovasculaire de 11 %.

Crit'Air, des vignettes pour mieux circuler

Depuis 2015 , les collectivités françaises utilisent les certificats Crit’Air pour différencier les véhicules autorisés à circuler. Cette vignette apposée sur le pare-brise permet de connaitre la catégorie de la voiture en fonction de ses émissions de polluants atmosphériques.

Crit’Air concerne l’ensemble des véhicules à moteur. La classification dépend du type de véhicule (voitures particulières, deux-roues, tricycles et quadricycles, véhicules utilitaires légers et véhicules lourds dont autobus et autocars), de sa motorisation et de la norme européenne d’émissions polluantes qu’il respecte, appelée « norme Euro ». Une catégorie spécifique est réservée aux modèles électriques.

La classification est simple : plus le numéro est élevé, plus le véhicule émet de polluants.

Image
CRIT'air : classification pour les voitures particulières
Demandez votre vignette Crit’Air

Soyez libre de circuler ! Commandez votre vignette Crit'Air dès maintenant et ne soyez pas bloqués en cas de circulation différenciée.

Corps du texte

Des zones à faibles émissions pour mieux respirer

Plusieurs territoires ont déjà mis en place des restrictions de circulation permanente. Depuis le 1er juillet 2019, une large zone à faibles émissions a été mise en place par la Métropole du Grand Paris avec les maires engagés, à l'intérieur de l'autoroute A86 : la circulation des véhicules Crit'Air 4, 5 et non classés y est désormais restreinte. Progressive, cette ZFE permet d’améliorer significativement la qualité de l’air respiré par les Métropolitains avec pour objectif 100 % de véhicules propres en 2030. Pour accompagner les habitants et leur permettre de se tourner vers un modèle plus propre, la Métropole du Grand Paris subventionne l’achat d’un véhicule électrique neuf ou d’occasion jusqu’à 6 000 euros, en remplacement d'un ancien véhicule thermique. Cette aide est cumulable avec le bonus écologique et la prime à la conversion.

En 2021, la France comptabilisera 11 ZFE : Paris, Le grand Paris, Lyon, Grenoble, Aix-Marseille, Toulouse, Nice, Montpellier, Strasbourg, Rouen et Toulon. En l’absence d’émissions de pollution en phase d’utilisation, les véhicules électriques ne sont donc naturellement pas concernés par ces restrictions de circulation et peuvent rouler chaque jour sans contrainte, même lors de pics de pollution ou de circulation différenciée.

Corps du texte

En savoir plus

Vers une société neutre en carbone

PDF | 1058.96 Ko

Le bilan environnemental du véhicule électrique

PDF | 2164.70 Ko

Réponses à 10 idées reçues sur la voiture électrique

PDF | 2222.92 Ko